États-Unis : mort d’un second enfant au centre de rétention pour migrants
 

Nouvelle tragédie sur le sol américain, alors que le président Donald Trump a fait de la lutte contre l’immigration clandestine son cheval de bataille, un second enfant guatémaltèque de 8 ans est mort durant la nuit de Noël après avoir traversé la frontière mexicaine avec son père.

Feliz Gomez, 8 ans, et son père ont été interpellés le 18 décembre près d’El Paso (au Texas) essayant de rentrer de façon illégale sur le territoire américain, et ont été transférés dans trois centres de rétention différents en quelques jours. Ce drame arrive à peine deux semaines après le premier décès d’une petite fille de 7 ans, également tenue par les autorités étasuniennes.

Malgré un diagnostic médical et une prescription médicamenteuse, les causes exactes de la mort du jeune garçon n’ont pas été établies, mais la sécurité intérieure a promis un “examen indépendant et approfondi des circonstances".

La mort de deux enfants, à quelques semaines d’intervalles, questionne sur les conditions de détention des immigrés clandestins.
 

Des structures inadaptées pour un trop grand nombre d’immigrés

Les autorités américaines ont reconnu être complètement démunies face aux nombreux flux migratoires dans les centres de rétention. En octobre et novembre, 68 500 familles ont été interceptées ainsi que 14 000 mineurs non accompagnés.

“Nous avons besoin du Congrès. Nous avons besoin de financement pour les soins médicaux et de santé mentale pour les enfants dans nos structures", a déclaré Kevin McAleenan, patron du CBP (Customs and Border Protection), sur la chaîne CBS.

Les autorités vont mettre en place un “examen médical approfondi” pour tous les enfants détenus à la frontière.

Le gouvernement a annoncé qu’il renverrait les demandeurs d’asile dans leur pays d’origine en attendant l’examen de leur dossier. Selon la sécurité intérieure des États-Unis, certains immigrants restent clandestinement sur le territoire sans chercher à obtenir le statut de réfugié, mais seulement pour fuir la violence et la criminalité.
 

Les démocrates désapprouvent la politique migratoire de Trump

Ce drame et cette demande de financement pour de nouveaux soins médicaux interviennent au moment où les démocrates et le président des USA s’opposent sur la construction d’un mur à la frontière entre l’Amérique et le Mexique.

Cette opposition a provoqué un blocage budgétaire dans le pays (government shutdown) et suspend certaines parties des administrations fédérales.

Après l’annonce du décès de Félix, quelques démocrates ont accusé la politique migratoire chaotique du président des États-Unis. Nancy Pelosi, cheffe des démocrates à la chambre des représentants, a qualifié cette tragédie de “scandaleuse” et a ajouté que le Congrès allait enquêter sur ce drame.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience et de vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus.