Un juge empêche Trump de déporter des centaines de milliers d’immigrants TPS

Un juge fédéral a ordonné à l'administration Trump de suspendre temporairement son plan visant à mettre fin à un programme fédéral spécial d'immigration, “TPS”, qui a permis à des centaines de milliers d'immigrants de vivre et travailler légalement aux États-Unis pendant des décennies.
 

Edward Chen vs Donald Trump, l'opposition à suivre

Le juge de district américain Edward Chen a statué que l'administration pouvait avoir esquivé les lignes directrices fédérales en matière de réglementation, imposé des pressions politiques excessives sur le personnel et enfreint la clause de protection légale en fondant sa décision "sur l'animosité envers les immigrants non blancs, non européens".

Cette décision est le dernier coup porté aux efforts du président Donald Trump pour réformer les lois nationales sur l'immigration, à la suite d'ordonnances judiciaires limitant son interdiction de voyager visant la majorité des pays musulmans, de sa tentative de mettre fin au programme Action différée pour les arrivées d'enfants et de sa politique visant à séparer les familles de migrants le long de la frontière sud-ouest.

L'injonction préliminaire ordonnée par Chen empêche l'expulsion d'environ 240 000 immigrants d'El Salvador, d'Haïti, du Nicaragua et du Soudan, qui se trouvaient confrontés à une série de délais commençant en novembre pour quitter le pays ou risquaient de devenir des immigrants sans papiers.

Ces immigrants avaient obtenu la permission d'être aux États-Unis dans le cadre du programme Temporary Protected Status, mieux connu sous le nom de TPS. Le programme humanitaire a été créé en 1990 pour aider les immigrants provenant de pays qui ont souffert de la guerre ou de catastrophes naturelles majeures.

Le Département de la sécurité intérieure, qui gère le TPS, soutient que le programme a été prolongé à tort pendant des années et que les conditions dans ces quatre pays permettent maintenant à des milliers de leurs résidents de rentrer chez eux.

Mais le juge fédéral du nord de la Californie n'est pas d'accord avec l'administration et s'est rangé - du moins pour le moment - du côté des plaignants.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience et de vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus.